Vraiment décisif ?

.

Formula One World Championship, Rd9, British Grand Prix, Race Day, Silverstone, England, Sunday 6 July 2014.

.

Je suis sous le choc moi-même : j’ai écrit un billet ! Evidemment, j’ai écrit ces trois phrases à la fin, si bien que le billet commencera à la suivante. D’ici là, une grosse pensée pour Jules Bianchi qui doit à l’heure qu’il est en avoir bien besoin, et un franc merci à ceux qui ont cherché à prendre des nouvelles : tout va bien !

Où en est-on donc ? Pour faire simple, Lewis Hamilton se rue donc son deuxième (ou second ?) titre de Champion du Monde. Tout à fait mérité, quoique pas si original. D’ailleurs, évacuons de suite le serpent de mer habituel sur la « valeur » du titre du futur Champion 2014 : ni plus ni moins que celle des titres attribués les années précédentes et depuis la création du Championnat du Monde de Formule 1. Libre à chacun ensuite d’en déduire une quelconque valeur personnelle en fonction de ses propres préférences. Pour ma part, je me suis bien ennuyé cette saison, tout comme je me suis bien ennuyé en 2013, 2011 ou 2009. Cette suite numérique laisse à craindre pour 2015, du reste. Les protagonistes en sont-ils responsables ? Non. Lorsque j’écris « pas si original », aucune intention péjorative. Mais à partir du moment où une équipe domine son sujet comme Mercedes, il est légitime d’attendre son pilote-phare en tête de liste. Hamilton est le pilote-phrare de Mercedes AMG. Son palmarès le dit, sa popularité le dit, son salaire le dit, et honnêtement, son coup de volant le dit aussi. J’y reviendrai mais dans mon esprit, si Hamilton a probablement remporté le titre à Spa, mais c’est à Suzuka qu’il l’a légitimé avec une performance hors classe, que Rosberg n’aurait pas pu réaliser – à mon avis. Ceci étant éclairci, ce que je constate, c’est que la physionomie de l’année précédente est respectée, à ceci près que l’arme absolue a changé de couleur.

Cette W05 (82% de victoires, série en cours), elle doit être placée hors classe elle aussi, au même niveau qu’une Ferrari F2002 (88%) ou F2004 (83%), et contrairement à l’idée reçue, au delà d’une Red Bull RB9 (68%) ou RB7 (63%). Un prédateur qui n’a jamais failli en performance : quand il a montré des signes de faiblesse, c’est l’exploitation et les pilotes qui en ont été la raison tour à tour. Ce qui n’enlève rien à ses pilotes : jusqu’à preuve du contraire, aucune F1 ne se pilote seule et Nico et Lewis ont dû composer avec une opposition féroce : la leur ! Si plus-value il y a, elle vient donc du fait que ce titre brise une domination. Dans l’esprit du public, cela compte, tout comme comptait le premier titre de Fernando Alonso en 2005 qui mettait fin à cinq années de domination de Schumacher et Ferrari (voyez comme l’histoire s’amuse à manier l’ironie…). Place de la Concorde, on le sait, et j’imagine que les objectifs politiques du changement de règlement ont été atteints. Comme prévu. Ce qui n’enlève rien au formidable travail de Mercedes. Il est par contre assez juste de dire que les choses n’ont pas tourné comme on aurait pu le prévoir. Contrairement à une autre idée reçue, ce ne sont pas les abandons de Hamilton qui l’ont entravé dans ses projets de domination : c’est le niveau de performance pure d’un Nico Rosberg qui a surpris beaucoup de monde et destabilisé Hamilton lui-même. Je ne crois pas une seconde à la théorie du Lewis déconcentré, ou l’esprit aux Etats-Unis auprès de Nicole S.

Par contre, l’Anglais a été poussé comme jamais dans sa carrière. D’où quelques faux pas, parfois grossiers en qualification notamment. Les mêmes faux-pas grossiers qu’on a pu retrouver chez Rosberg à d’autres moments, à une différence majeure près : même à la faute, jamais la sportivité – donc l’image – de Hamilton n’a été prise en défaut. C’est sur ce point précis que Rosberg a payé les siens au prix fort. Mis en défaut par la vitesse pure de son équipier, Rosberg a tenté d’emmener le combat sur un terrain plus politique. Ce qui a formidablement bien fonctionné entre Monaco et Spa. Où il aura échoué quoiqu’il arrive, c’est au moment de sentir la limite de sa démarche. Spa, c’était trop. C’est aux Combes que s’est joué le titre 2014. Etat de fait ubuesque dans l’histoire de la F1, le sage s’appelle Nigel Mansell : en déclarant que c’était Mercedes qui allait choisir son Champion du Monde, l’Anglais a résumé la fin de saison. Avant cela, Rosberg s’était montré un quart de ton en dessous de son chef de file (disons un demi-ton en qualifs, au niveau en course, rapport de force inversé en fin de saison…), mais l’a compensé par de l’intelligence, et du vice. Tant et si bien que Nico Rosberg est resté titrable à la fois sur la piste et dans l’esprit de ses patrons pendant un bon bout de temps. Puis Spa. Depuis, le mal est fait. Avec ses dix victoires, Hamilton ne peut donc être rejoint. S’il l’était, Rosberg ne serait qu’un champion illégitime aux yeux du plus grand nombre (des puristes, un peu moins), et il est bien clair que Mercedes n’en veut pas. Je reste persuadé que l’animal politique qu’est Rosberg l’a compris : à Adler puis à Austin, je l’ai trouvé abattu. Interlagos était un superbe baroud d’honneur mais à Abu Dhabi, l’Allemand n’aura qu’un seul allié : la chance, et un Hamilton qui finirait sa course à pied. Si tel Achille, Lewis a donc un talon, alors je le chercherais du côté de la boîte de vitesses de la W05…

A bientôt !

Publicités

3 réflexions sur “Vraiment décisif ?

  1. Pole et welcome back Emesset 🙂
    Le titre semble joué effectivement et tout le monde attend Lewis, moi le premier…
    Mais…
    En ne gagnant pas au Brésil Lewis a offert des chances supplémentaires à Nico. en cas d’abandon de Lewis Nico peut se contenter d’une 5eme place dans une voiture blessée…
    En outre malgré la domination outrancière, la tension de cette dernière course va être au max pour les deux équipes de piste… pression terrible et pas seulement sur les pilotes !
    Espérons un beau final !

  2. Content de te reilire, M7. Comme toi, cette saison outrageusement dominée par une seule écurie ne m’a pas particulièrement soulevé d’enthousiasme. De plus, tant Hamilton que Rosberg me laissent indifférent. Un Ricciardo qui aurait in extremis raflé la mise (comme Raïkönnen en 2007 ou Prost en 1986) m’aurait bien davantage plu !
    L’ « accident » de Francorchamps relève amha du fait de course. Y voir fatalement un coup de vice ? Je n’en suis pas certain. En revanche, je te rejoins sur le commentaire de Mansell, qui ne fait que confirmer ce qu’en disait l’ami Jjpm depuis quelques mois…

  3. Oouupppssss
    J’avais manqué ce billet vieux brigand!
    vu que prendre et détailler sa position alors que l’on connait le futur (dans ce cas prècis) ressort plutôt de l’exercice de futilité je vais donc m’abstenir! 😉
    Je vais quand même dire que comme beaucoup je félicite Lewis pour un titre bien mérité et Nico pour un titre presque obtenu…
    Comme l’a dit Kozoh une saison trop dominée par une seule écurie!
    Finalement je regrette amèrement que Jules et Michael ne puissent fêter le prochain Noël avec leur famille et amis! Mais j’en profite pour vous souhaiter ici de bonnes fêtes à toi M7 ainsi qu’a Ago et Kozoh.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s