Un admirable drogué

.

.

C’est la rentrée du blog. Je vais commencer tout doucement, et avec un coup de coeur : Alessandro Zanardi. Zanardi est un de mes pilotes préférés : ses démonstrations en CART étaient incroyables. Si cet immonde pneu rainuré a fait du mal à quelqu’un, c’est bien Alex qui avait le potentiel pour gagner n’importe où. Il l’a montré en WTCC sur une voiture aménagée, en passant.

Alors on en fait souvent des tonnes, moi le premier, sur les pseudo-exploits et travers de nos pilotes de course favoris (ou pas d’ailleurs). Très bien. Nous sommes tous ou presque conscients du côté futile de la course. Au point de s’y complaire. C’est le côté midinette du passionné de sport auto : « Etonnant le nouveau tatouage de Fernando, pas vrai ? ». Finalement, cette légèreté là fait aussi partie du charme de l’exercice : que Fernando, Sebastian ou Michael performe ou non, notre vie ne s’en retrouve pas affectée.

Ce qui fait qu’au bout du bout, il y a des choses plus importantes dans la vie. Au sommet de ces choses, au dessus de celles qui vous affectent ou vous contrarient, il y a celles qui peuvent vous blesser, vous tuer… Celles-ci, elles font une unanimité bizarre : tout le monde y pense dans un coin de sa tête, sans jamais en parler. Ou alors pour claironner, quand le danger est loin, qu’on ne le craint pas. Un peu facile, mais c’est un travers si ostensiblement destiné à conjurer le sort que le relever est à la limite de la mauvaise foi !

.

.

Alessandro Zanardi avait certainement conscience des risques qu’il prenait en course. En plus de conscience, il avait raison : la course a failli lui enlever sa vie en même temps que ses membres inférieurs. Pour beaucoup de gens qui auraient été à sa place, ça aurait été le cas. Combien aurait craqué légitimement ? Pas lui. L’Italien s’est reconstruit la vie que le sort lui a enlevé. Mieux : il s’en est construit une autre faute de pouvoir la reconstruire telle qu’elle était.

Dans quelques semaines, il tentera de décrocher un incroyable titre paralympique en handicycle. L’épreuve se déroulera à Brands Hatch. La préparation a dû être minutieuse : “Le parcours ne pouvait pas être mieux, c’est fantastique. La dernière partie est la plus difficile, tu dois être vraiment en mesure de faire la différence dans les deux dernières montées. Techniquement parlant, je pense que le tracé convient vraiment à mes talents, mais il faut aussi être puissant, et capable de résister à la distance. En simulation, je pense avoir atteint 95%, mais tout est perfectible. Je vais essayer de régler certaines choses avec mon préparateur et revenir plus fort en septembre.Il faut toujours arriver à quelque chose de mieux, mais vous avez toujours un doute jusqu’à la dernière minute, c’est pourquoi vous êtes si heureux de franchir la ligne d’arrivée avant tous les autres. Heureusement pour moi, c’est quelque chose que j’ai déjà vécu dans ma carrière en tant que pilote et nous espérons que c’est quelque chose que je vais revivre ici en septembre.”

Je serai son plus ardent supporter, car c’est un modèle qui confirme une idée que j’aime, qui veut que seule la mort peut terrasser un esprit assez fort. Alors un titre de Champion du Monde de Formule 1 ? Mais sérieusement, pour quoi faire ?

Publicités

2 réflexions sur “Un admirable drogué

  1. J’admire la volonté de ce garçon, la performance me laisse un peu de glace car ils sont tous aussi valeureux, mais quand même a Brands ce serait un sacré clin d’œil du destin… Buona fortuna Sandro

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s